Mon premier hôte en Albanie fut le brouillard. Descendant de l’avion, mon esprit confus tentait de retrouver des signes sur lesquels je puisse identifier le pays. Je ne voyais rien, la lueur du jour qui n’éclairait que ma confusion. Les premières saveurs commencèrent à m’inonder. Le parfum âcre de la terre…