Le brave part en exil

Le brave part en exil

Je n’avais pas cinq ans lorsque, le 11 mars 1990, le car qui transportait ma famille pénétrait le sol helvétique. Pendant mon enfance, les souvenirs de ce voyage s’effaceront peu à peu. Il ne survivra plus tard que le souvenir flou d’une chanson diffusée dans l’autocar.

La sous-race albanaise

La sous-race albanaise

Légèrement assommé, je n’étais pas certain de ce que j’avais effectivement entendu, mais mes doutes se dissipèrent très vite lorsque cette même personne ajouta : […] Mon ami d’enfance tout aussi déboussolé que moi réagit très vite en prononçant un début de phrase. Je l’interrompis aussitôt avec un léger coup de coude sur le bras

Vous entendez le train siffler ?

Vous entendez le train siffler ?

Un jour d’octobre 1964. Un train provenant de Capoue, en Italie, déverse une partie de ses voyageurs à la gare de Liège-Guillemins. Parmi eux, neuf personnes, toutes membres de ma famille. Jusuf, le patriarche, un petit bonhomme moustachu, muni d’un chapeau en astrakan couleur marron…

Voyage en Albanie 2015/2016

Chapitre 1 : Aimer un pays

Chapitre 1 : Aimer un pays

Mon séjour va durer 10 mois et j’ai décidé de tenir des chroniques pour partager mon expérience avec vous, lecteurs assidus de l’edoniste. Je ne sais pas où cet exercice va me mener. Je vais peut-être abandonner après 3 semaines par manque d’inspiration. Je ne pense pas, ce pays offre…

Chapitre 2 : Mythicisme

Chapitre 2 : Mythicisme

Mon premier hôte en Albanie fut le brouillard. Descendant de l’avion, mon esprit confus tentait de retrouver des signes sur lesquels je puisse identifier le pays. Je ne voyais rien, la lueur du jour qui n’éclairait que ma confusion. Les premières saveurs commencèrent à m’inonder. Le parfum âcre de la terre…

Chapitre 3 : le poignard

Chapitre 3 : le poignard

Lorsque mes parents évoquaient l’Albanie, ce territoire me semblait lointain et reculé ; si mes parents en avaient fui, il semblait nécessaire qu’il le soit. En entendant mon père bavarder avec ses amis, je comprenais, peu à peu, pourquoi nous avions émigré : « Shkijet po na therrin ! »

Chapitre 4 : la nation des chiens

Chapitre 4 : la nation des chiens

En rendant visite à mes grands-parents maternels, je n’avais pas remarqué qu’une boule de poil beige rôdait dans le jardin. J’avais pourtant été averti : quelques mois auparavant, ma famille avait adopté un chiot. Plus tard dans la soirée, alors que je m’apprêtais à retourner chez moi, la bête se jeta sur moi.

Share This